5 Résultats de l’évaluation

Les sections suivantes présentent les principaux résultats de l’évaluation des effets cumulatifs. Nous commençons par présenter et discuter de résultats issus des modèles partiels, i.e. les stresseurs cumulés, les composantes valorisées cumulées et l’exposition cumulée; ces résultats permettent d’amorcer l’interprétation des résultats de l’évaluation des effets cumulatifs en explorant des portions plus restreintes de l’évaluation complète. Nous présentons ensuite les résultats de l’évaluation des effets cumulatifs complets à partir du modèle général d’évaluation.

5.1 Stresseurs et hotspots cumulés

La méthode utilisée pour obtenir les résultats suivants est présentée à la section 3.2.2.1 du rapport.

L’évaluation des stresseurs cumulés dans la zone d’étude permet de constater que l’ensemble de la zone d’étude est exposée au moins à faible intensité aux stresseurs environnementaux reliés aux activités maritimes (Figures 5.1 et 5.2). Les grandes villes portuaires et la voie navigable sont particulièrement exposées aux stresseurs. Dans le secteur fluvial, les régions de Québec, Trois-Rivières, Sorel-Tracy et Montréal sont des milieux qui sont à risque des effets des stresseurs; dans le secteur maritime, les régions plus à risques sont le sud de l’Île d’Orléans, l’embouchure de la rivière Saguenay, Rivière-du-Loup, Rimouski, Matane et Baie-Comeau. Puisque le secteur fluvial est beaucoup plus étroit que le secteur maritime, les stresseurs environnementaux y sont plus concentrés qu’au sein du secteur maritime, où les stresseurs sont largement répandus, mais diffus spatialement. L’ensemble de ces observations sont renforcées par les résultats de hotspots cumulés, qui permettent de délimiter plus précisément les milieux les plus exposés au cumul des stresseurs à haute intensité (Figure 5.3).

Les stresseurs environnementaux les plus répandus sont la navigation dans l’ensemble de la zone d’étude et la pêche commerciale au sein du secteur maritime (Figure 5.4). La pollution maritime est également largement répandue au sein de la zone d’étude (Figure 5.4), une observation attendue puisqu’elle a été évaluée en utilisant, entre autres, la distribution de la navigation et de la pêche (voir section 4.2.7). La distribution des ancrages, des déversements accidentels, des activités de dragage et des sites de naufrages sont quant à eux distribués de façon ponctuelle au sein de la zone d’étude (Figure 5.4). Plusieurs de ces stresseurs se superposent néanmoins à haute intensité au sein de milieux également exposés à la navigation, la pêche et la pollution; ces stresseurs contribuent ainsi à l’exposition totale des milieux les plus exposés aux stresseurs cumulés dans la zone d’étude.


Distribution des stresseurs cumulés au sein de la zone d'étude

Figure 5.1: Distribution des stresseurs cumulés au sein de la zone d’étude


Distribution des stresseurs cumulés normalisés au sein de la zone d'étude

Figure 5.2: Distribution des stresseurs cumulés normalisés au sein de la zone d’étude


Distribution des hotspots cumulés au sein de la zone d'étude

Figure 5.3: Distribution des hotspots cumulés au sein de la zone d’étude


Cumul des catégories des différents types de stresseurs au sein de la zone d'étude. Le cumul des stresseurs environnementaux composés d'une seule catégorie, *i.e.* les sites d'ancrage et de naufrage, correspondent à la distribution de cette catégorie unique.

Figure 5.4: Cumul des catégories des différents types de stresseurs au sein de la zone d’étude. Le cumul des stresseurs environnementaux composés d’une seule catégorie, i.e. les sites d’ancrage et de naufrage, correspondent à la distribution de cette catégorie unique.


5.2 Composantes valorisées cumulées

La méthode utilisée pour obtenir les résultats suivants est présentée à la section 3.2.2.2 du rapport.

L’évaluation des composantes valorisées cumulées montre que l’entièreté de la zone d’étude est couverte par au moins une composante valorisée (Figures 5.5 et 5.6). Les milieux côtiers sont toutefois généralement couverts par un plus grand nombre de composantes valorisées. Ce constat est principalement influencé par les composantes valorisées d’intégrité des berges et d’habitats, dont la description est principalement côtière, et par un nombre importants de sites d’intérêt en milieux côtiers (Figure 5.7). L’ensemble des milieux côtiers du secteur fluvial est caractérisé par plusieurs composantes valorisées, mais la région du lac Saint-Pierre, incluant les secteurs en amont et en aval, semble particulièrement importante (Figures 5.5 et 5.6). Un examen plus détaillé permet d’observer que cette région est caractérisée par une diversité importante d’habitats et de sites d’intérêt, en plus de présenter plusieurs catégories de berges sensibles à l’érosion (Figure 5.7).

D’ordre général, le secteur fluvial est caractérisé par davantage de composantes valorisées que le secteur maritime. La région du secteur maritime présentant le plus grand nombre de composantes valorisées est l’embouchure de la rivière Saguenay, qui couvre essentiellement le Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent (Figures 5.5 et 5.6). Cette observation est reliée à la diversité importante de mammifères marins qui fréquentent cette région et à une quantité importante de sites d’intérêt (Figure 5.7). Il est également important de rappeler que la caractérisation de la composante valorisée d’intégrité des berges s’est limitée au secteur fluvial uniquement.


Distribution des composantes valorisées cumulées au sein de la zone d'étude

Figure 5.5: Distribution des composantes valorisées cumulées au sein de la zone d’étude


Distribution des composantes valorisées cumulées normalisés au sein de la zone d'étude

Figure 5.6: Distribution des composantes valorisées cumulées normalisés au sein de la zone d’étude


Cumul des catégories de composantes valorisées au sein de la zone d'étude

Figure 5.7: Cumul des catégories de composantes valorisées au sein de la zone d’étude


5.3 Exposition cumulée

La méthode utilisée pour obtenir les résultats suivants est présentée à la section 3.2.2.3 du rapport.

À titre de rappel, la distribution spatiale de l’exposition cumulée est entièrement contrainte par les zones de chevauchement entre les stresseurs environnementaux et les composantes valorisées, i.e. les stresseurs et les composantes valorisées doivent se retrouver au sein des mêmes milieux pour obtenir une valeur d’exposition cumulée. L’évaluation de l’exposition cumulée montre que les composantes valorisées sont exposées aux stresseurs dans l’ensemble de la zone d’étude (Figures 5.8 et 5.9). Certains milieux semblent toutefois particulièrement exposés aux stresseurs. Dans le secteur fluvial, la région de Québec et le sud de l’Îles d’Orléans, ainsi que le chenal de navigation entre Trois-Rivières et Montréal, incluant le lac Saint-Pierre, sont particulièrement exposés aux stresseurs. Dans le secteur maritime, la région la plus exposée aux stresseurs est l’embouchure du Saguenay au sein du Parc Marin du Saguenay-Saint-Laurent, et ce particulièrement sur la rive nord du Saint-Laurent jusqu’à la portion du Saguenay qui couvre la traverse entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine.

Les milieux où l’exposition est importante sont caractérisés par une diversité importante de composantes valorisées (Figure 5.5) et de stresseurs environnementaux (Figure 5.1). Par exemple, la région de Sorel-Tracy, qui s’étend dans le lac Saint-Pierre, présente plusieurs types d’habitats, de sites d’intérêt et de milieux sensibles à l’érosion (Figure 5.7); cette même région est caractérisée par une importante présence de la navigation commerciale, des sites d’ancrage, des déversements accidentels, des sites de naufrage, des opérations annuelles de dragage, et un risque plus important de pollution maritime (Figure 5.7). Similairement, l’embouchure du Saguenay est quant à elle caractérisée principalement par une forte pression de la navigation (Figure 5.4) qui chevauche la présence d’une diversité importante de mammifères marins (Figure 5.7); s’ajoute à ces derniers plusieurs habitats et sites d’importances, ainsi que des stresseurs plus ponctuels comme des déversements, des sites d’ancrage et de la pêche commerciale (Figures 5.4 et 5.7).


Distribution de l'exposition cumulée des composantes valorisées aux stresseurs environnementaux au sein de la zone d'étude

Figure 5.8: Distribution de l’exposition cumulée des composantes valorisées aux stresseurs environnementaux au sein de la zone d’étude


Distribution de l'exposition cumulée des composantes valorisées normalisées aux stresseurs environnementaux normalisés au sein de la zone d'étude

Figure 5.9: Distribution de l’exposition cumulée des composantes valorisées normalisées aux stresseurs environnementaux normalisés au sein de la zone d’étude


Distribution de l'exposition cumulée des différentes catégories de composantes valorisées aux stresseurs environnementaux au sein de la zone d'étude

Figure 5.10: Distribution de l’exposition cumulée des différentes catégories de composantes valorisées aux stresseurs environnementaux au sein de la zone d’étude


5.4 Effets cumulatifs

La méthode utilisée pour obtenir les résultats suivants est présentée à la section 3.2.1 du rapport.

Le résultat principal de l’évaluation applique le modèle global d’évaluation des effets cumulatifs en incluant la distribution et l’intensité des stresseurs environnementaux, la distribution des composantes valorisées, et la vulnérabilité des composantes valorisées aux stresseurs environnementaux. La présentation des résultats du modèle global a ainsi déjà été amorcée par l’exploration des résultats des modèles partiels (voir sections 5.1, 5.2 et 5.3). En incluant la vulnérabilité des composantes valorisées aux stresseurs environnementaux, le modèle global permet de moduler l’intensité des effets cumulatifs prédits; la distribution des effets cumulatifs peut ainsi être similaire à celle de l’exposition cumulée, mais l’intensité relative des effets prédits peut être supérieure ou inférieure en fonction de la vulnérabilité des composantes valorisées (voir section 3.2 pour plus de détails).

Les résultats de l’évaluation des effets cumulatifs révèlent que les milieux les plus affectés par les stresseurs environnementaux sont similaires à ceux identifiés par l’évaluation de l’exposition cumulée (Figures 5.8 et 5.11); une interprétation similaire peut ainsi être faite quant à la distribution spatiale des effets cumulatifs. Les composantes valorisées sont à risque des effets cumulatifs des stresseurs environnementaux issus des activités maritimes dans l’ensemble de la zone d’étude. Les milieux les plus à risque des effets cumulatifs des activités maritimes sont ceux où se chevauchent une plus grande diversité de composantes valorisées (Figure 5.5) et de stresseurs environnementaux (Figure 5.1).

Au sein du secteur fluvial, ce sont les régions de Québec et le sud de l’Île d’Orléans, ainsi que l’entièreté du chenal de navigation entre Trois-Rivières et Montréal, incluant le lac Saint-Pierre, qui sont particulièrement à risque; l’embouchure de la rivière Saguenay est la région du secteur maritime la plus affectée par les stresseurs reliés aux activités maritimes (Figure 5.11 et 5.12). En terme de composantes valorisées, ces milieux affichent une diversité importante d’habitats et de sites d’intérêt, en plus d’afficher des zones où l’intégrité des berges est à risque des activités maritime un peu partout (Figure 5.12 et 5.7). Ces milieux sont également soumis à une diversité importantes de stresseurs environnementaux à haute intensité (Figure 5.4)

Au sein du secteur maritime, les effets cumulatifs prédits sont largement répandus à faible intensité (Figure 5.11). Seule l’embouchure de la Rivière Saguenay affiche des effets cumulatifs plus intenses (Figure 5.11) qui sont largement dictés par les effets de la navigation sur les mammifères marins qui fréquentent cette région de la zone d’étude (Figure 5.12). En plus des mammifères marins, plusieurs sites d’intérêt ont également été identifiés dans cette région (Figure 5.12).


Distribution des effets cumulatifs des sources de stress reliés aux activités maritimes sur les composantes valorisée

Figure 5.11: Distribution des effets cumulatifs des sources de stress reliés aux activités maritimes sur les composantes valorisée


Distribution des effets cumulatifs des sources de stress reliés aux activités maritimes sur l'intégrité des berges, les habitats, les mammifères marins et les sites d’intérêt culturels, patrimoniaux et archéologiques

Figure 5.12: Distribution des effets cumulatifs des sources de stress reliés aux activités maritimes sur l’intégrité des berges, les habitats, les mammifères marins et les sites d’intérêt culturels, patrimoniaux et archéologiques


5.5 Chemins d’effet

L’évaluation des effets cumulatifs proposée permet en théorie d’explorer l’ensemble des combinaisons de stresseurs et de composantes valorisées incluses à l’évaluation. Considérant les 25 catégories de stresseurs et les 77 catégories de composantes valorisées, il s’agit de près de 2 000 paires possibles; ces paires forment l’ensemble des chemins d’effets directs que peuvent emprunter les stresseurs environnementaux pour affecter les composantes valorisées. Un chemin d’effet établit les liens entre les activités et leurs incidences potentielles sur divers aspects de l’écosystème (DFO, 2020).

Bien que nous ne pouvons explorer l’ensemble de ces chemins d’effet au sein de ce rapport, les figures 5.13 et 5.14 fournissent une représentation visuelle de l’ensemble de ces combinaisons et de la contribution des stresseurs aux effets cumulatifs totaux prédits pour chaque composante valorisée considérée. Les effets totaux des stresseurs environnementaux sur les composantes valorisées ont été évalués par la somme des effets divisée par la superficie totale de la composante valorisée sur laquelle un effet est prédit. Par exemple, si un habitat d’une superficie de 2 \(km^2\) est affecté par deux stresseurs ayant des effets prédits de 0.25 et 0.75, respectivement, l’effet total sur la composante valorisée est de 0.5 \(km^{-2}\). Plus un stresseur a une répartition spatiale importante, plus son effet total risque d’être élevé; similairement, les effets totaux risquent d’être plus élevés plus une composante valorisée dont la répartition est moins répandue.

La figure 5.13 permet de visualiser l’ensemble des chemins d’effets directs prédits au sein de l’évaluation des effets cumulatifs. Les liens représentent la présence d’un effet prédit d’un stresseur sur une composante valorisée. La taille des points représente les effets totaux prédits sur les composantes valorisées ou en provenance des stresseurs environnementaux. Il est important de noter que cette figure ne devrait pas être interprétée dans les détails; elle permet plutôt de visualiser en un coup d’oeil la quantité d’information disponible au sein de l’évaluation des effets cumulatifs effectuée. On y dénombre 1358 chemins d’effet directs exerçant un effet relatif moyen de 0.11 \(\pm\) 0.15, considérant que l’effet relatif maximal possible est de 1 selon notre méthode d’évaluation.

La figure 5.14 est complémentaire à la figure 5.13 et permet d’explorer les chemins d’effets plus en détails en présentant la contribution relative de chaque stresseur aux effets prédits pour chaque composante valorisée. On y note des effets importants de la navigation et de la pollution maritime sur l’ensemble des composantes valorisées considérées. Ces résultats sont attendus puisque ces stresseurs sont les plus répandus parmi ceux considérés pour l’évaluation. En général, les autres stresseurs environnementaux ont des effets totaux plus faibles, sauf les pêches commerciales qui affectent certaines catégories de composantes valorisées plus intensément, comme les gisements coquilliers et certains sites d’intérêt culturels, patrimoniaux et archéologiques. Les effets totaux plus faibles peuvent être expliqués par la distribution davantage ponctuelle des autres stresseurs environnementaux au sein de la zone d’étude.

Les sites d’intérêt culturels, patrimoniaux et archéologiques sont les plus exposés aux effets des stresseurs issus des activités maritimes. Il faut toutefois noter que l’ensemble des sites d’intérêt ont été considérés vulnérables à l’ensemble des stresseurs environnementaux; en tant que tel, un chevauchement spatial entre un stresseur et un site d’intérêt était suffisant à l’identification d’un chemin d’effet. Une comparaison entre les effets totaux sur les sites d’intérêt et les autres composantes valorisées devrait ainsi être évitée, ou minimalement prendre en considération la vulnérabilité maximale attribuée aux sites d’intérêt. Il s’agit néanmoins d’un résultat important qui est informatif quant à l’exposition des sites d’intérêt aux activités maritimes dans la zone d’étude.

Outre les sites d’intérêt, l’intégrité des berges est la composante valorisée qui est la plus affectée, et ce principalement par la navigation et en moindre mesure par les activités de dragage. Les effets totaux sur les habitats varient quant à eux selon les types d’habitats, bien que ces derniers soient affectés par une diversité importante de stresseurs environnementaux.

Finalement, la composante valorisée la moins affectée est celle des mammifères marins. Par contre, il est important de rappeler que ces espèces couvrent un territoire très important et que par conséquent l’évaluation par \(km^2\) sous-évalue les scores d’effets cumulatifs prédits. Une analyse visant spécifiquement les milieux essentiels de ces espèces augmenterait sans doute les effets totaux prédits sur les mammifères marins. Il est également important de ne pas minimiser les effets cumulatifs sur les mammifères marins puisqu’une des zones les plus à risque des effets cumulatifs des activités maritimes se trouve à l’embouchure de la Rivière Saguenay dû à la présence importante de mammifères marins (Figures 5.11 et 5.12).


Réseau multiplex présentant la présence d'un effet des stresseurs individuels sur chaque composante valorisée considérées à l'évaluation des effets cumulatifs (*i.e.* liens colorés), les effets cumulatifs totaux sur chaque composante valorisée (*i.e.* taille des points des composantes valorisées) et l'effet moyen des stresseurs (*i.e.* taille des points des stresseurs). Cette visualisation permet de représenter la quantité d'information disponible au sein de la base de données générée par l'évaluation des effets cumulatifs.

Figure 5.13: Réseau multiplex présentant la présence d’un effet des stresseurs individuels sur chaque composante valorisée considérées à l’évaluation des effets cumulatifs (i.e. liens colorés), les effets cumulatifs totaux sur chaque composante valorisée (i.e. taille des points des composantes valorisées) et l’effet moyen des stresseurs (i.e. taille des points des stresseurs). Cette visualisation permet de représenter la quantité d’information disponible au sein de la base de données générée par l’évaluation des effets cumulatifs.


Contribution moyenne par $km^2$ des stresseurs aux effets cumulatifs des activités maritimes sur les composantes valorisées dans la zone d'étude

Figure 5.14: Contribution moyenne par \(km^2\) des stresseurs aux effets cumulatifs des activités maritimes sur les composantes valorisées dans la zone d’étude


5.6 Régions administratives

Une évaluation des effets cumulatifs par \(km^2\) au sein des 11 régions administratives (Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, 2021b) qui se séparent la zone d’étude a également été effectuée afin d’explorer les différences régionales au niveau de l’intensité des effets cumulatifs (Figures 5.15 et 5.16). L’évaluation globale combinant l’ensemble des composantes valorisées révèle que les régions administratives du secteur fluvial sont beaucoup plus à risque des effets cumulatifs des activités maritimes, alors que le secteur maritime semble moins à risque. La Montérégie en particulier semble être la région la plus affectée par les effets des activités maritimes. Ces observations sont dues à la concentration des activités maritimes au sein d’un corridor beaucoup plus étroit au sein du secteur fluvial comparativement au secteur maritime. Bien que cette observation ne soit pas étonnante, elle suggère qu’une augmentation du trafic maritime au sein du secteur maritime risque d’avoir des conséquences disproportionnées au sein du secteur fluvial si ce trafic se dirige vers les Grands Lacs. Le passage d’un navire supplémentaire à Québec ne peut ainsi être interprété de la même façon qu’un navire supplémentaire à Montréal. Par extension à la navigation, le second stresseur d’importance au sein des régions administratives du secteur fluvial est le risque de pollution maritime. Les types de navires ayant les effets les plus importants sont d’ailleurs ceux reliés au transport de marchandise (e.g. pétrolier, cargaison sèche, cargo et porte-conteneurs). Les navires gouvernementaux semblent également pouvoir affecter négativement les composantes valorisées de la zone d’étude, sans doute dû à des routes de navigations moins contraintes par la voie navigable et ainsi des activités plus répandues à moindre intensité sur l’ensemble de la zone d’étude. La catégorie de navigation gouvernementale et de recherche est toutefois composée d’une diversité importante de types de navires, dont des embarcations militaires, des navires de patrouille et des navires de recherche scientifique. Cette diversité accroît l’incertitude quant à la vulnérabilité des composantes valorisées à ce type de navigation, et par conséquent aux effets prédits.


Contribution moyenne par $km^2$ des stresseurs aux effets cumulatifs des activités maritimes sur les composantes valorisées dans les régions administratives du Québec couvrant la zone d'étude

Figure 5.15: Contribution moyenne par \(km^2\) des stresseurs aux effets cumulatifs des activités maritimes sur les composantes valorisées dans les régions administratives du Québec couvrant la zone d’étude


Contribution moyenne par $km^2$ des stresseurs aux effets cumulatifs des activités maritimes sur l'intégrité des berges, les habitats, les mammifères marins et les sites d’intérêt culturels, patrimoniaux et archéologiques dans les régions administratives du Québec couvrant la zone d'étude

Figure 5.16: Contribution moyenne par \(km^2\) des stresseurs aux effets cumulatifs des activités maritimes sur l’intégrité des berges, les habitats, les mammifères marins et les sites d’intérêt culturels, patrimoniaux et archéologiques dans les régions administratives du Québec couvrant la zone d’étude